Voyage à Venise. Conseils pour s’y rendre avec circuit et itinéraires.

L’une des nombreuses possibilités pour se rendre à la vieille ville lagunaire de Venise si vous venez du sud est via Chioggia. De là, sachant que votre voiture est entre de bonnes mains dans le grand parking pour un prix de six euros, vous pouvez commencer votre voyage à Venise en utilisant les transports publics offerts par le réseau ACTV autour de Venise. [Note: Une galerie de photos se trouve à la fin de l’article].

Au bout de la zone piétonne de Chioggia se trouve l’arrêt de vaporetto notre lieu du départ. Le billet  valable de 12 heures pour la ligne 11 coûte 18 euros par personne (tarif vérifié pour la dernière fois en 2014), avec lequel on peut également utiliser toutes les autres lignes à Venise.  Au fait, une visite de la vieille ville de Chioggia mérite d’etre réalisée surtout  quand il y a un marché le matin. Elle y est beaucoup moins agitée qu’à Venise même.

Ici, il y a une carte sur Google-Maps dans laquelle j’ai marqué le chemin d’une place de parking appropriée à la station de vaporetto.

La loi de la lagune – excursion à Venise. 

Toute l’excursion à Venise est longue, mais très amusante, car on est d’abord transféré avec le vaporetto à Pellestrina, une île d’environ 11 kilomètres de long dans la lagune qui, à son point le plus vaste, ne mesure que 1.000 mètres, mais sur laquelle vivent néanmoins environ 4.000 personnes.

Du nouveau réfrigérateur, récemment acheté à Chioggia, au chat qui a dû aller chez le vétérinaire, tout est transporté sur le vaporetto. Le Commisario Brunetti de Donna Léon enquête sur cette étroite bande de terre, dans le volume dix de la série policière « La loi de la lagune ».

Après une courte traversée et une seule escale, le bateau accoste à Pellestrina, tous les passagers se changent en deux bus qui les attendent et ils partent, toujours tout au long du haut mur de protection du côté est de l’île. Une fois l’autre extrémité de l’île est atteinte, les bus et leurs passagers se précipitent immédiatement vers un petit car-ferry qui les conduit à Alberoni, sur l’île du Lido.

Au milieu de l’enfer vénitien: 

Ici, on prend à nouveau un bus pour environ un trajet de 9-10 km jusqu’à la célèbre station balnéaire du Lido, dans laquelle se déroule chaque année le festival international du film de Venise et qui était déjà le théâtre de la littérature mondiale (la « Mort à Venise » de Thomas Mann).

Le bus peut maintenant être laissé par les passagers, ce qui suit est une autre courte traversée avec une ligne de vaporetto vers la vieille ville lagunaire elle-même. il est important qu’on soit conduit à Venise et au Canal Grande.

À ce stade, les deux arrêts de San Marco ne sont pas recommandés comme destinations, car celui qui débarque ici risque de vivre l’enfer vénitien qui pourrait rapidement gâcher son voyage à Venise.

Sortir de la voiture bien avant ou bien après: 

Sur la gauche, il y a une file d’attente presque interminable de touristes cherchant à monter le Campanile (ce qui n’est pas nécessaire). Sur la droite, il y a généralement une file d’attente encore plus longue de personnes venues du monde entier voulant visiter l’église de San Marco. marquée par son intérieur splendide. La seule question est de savoir combien de temps elle peut supporter le flot incessant de personnes.

Entre les deux serpents décrits, une petite partie de toute la population mondiale qui avait le moyen de se payer un voyage à Venise roule dans les ruelles étroites de la ville tourmentée en direction du pont du Rialto et de manière totalement incontrôlée.

Ainsi, ceux qui préferent marcher doivent, ou bien laisser le vaporetto à la station S.Elena, ou prendre le magnifique Parco delle Rimembranze comme point de départ et s’approcher du centre ville à pied. La promenade est large, passe devant la zone de la Biennale jugée assez vide selon les normes vénitiennes.

En effet, on se retrouve inévitablement sur le chemin du Palais des Doges, du Pont des Soupirs et de la Place Saint-Marc, mais on a le temps de s’habituer à la foule de plus en plus nombreuse et surtout l’occasion de tourner préalablement à droite et de se promener relativement tranquillement dans le quartier du Castello afin de connaître la vraie Venise.

La méthode alternative pour descendre à l’arrêt S.Elena ou Paradiso est de prendre le vaporetto du Lido et de remonter tout le Grand Canal tout de suite, jusqu’à l’un des derniers arrêts avant la gare, et de là, en partant de l’ancien quartier juif dans le quartier de Cannaregio (arrêt S.Marcuola), d’explorer la ville.

Mais attention: il n’y a que deux ponts sur le Canal Grande, le « pont de l’horreur » Rialto et le pont en bois Ponte Accademia. Les deux sont loin de ces conseils. Ainsi, il faut éventuellement sauter à nouveau dans un vaporetto pour changer le côté du canal.

Une dernière demande concernant votre voyage à Venise:

Lorsque vous visiterez la ville, faites-moi une faveur, et surtout aux Vénitiens, lors de votre voyage à Venise: Ne vous habillez pas comme si vous alliez à la plage ou même à la montagne même à bord d’un voiture. L’équipement de survie avec un sac à dos et des chaussures de montagne est tout aussi inapproprié que le torse nu ou le bikini (quelle que soit la chaleur). Le mode de vie italien nous montre toujours quelque chose de son « chic » dans les villes.

Très, impopulaires sont aussi les touristes assis partout qui ne mangent que leur déjeuner avec des boissons et ne veulent même pas s’offrir une visite dans un café. La devise « la ville s’écroule de toute façon, l’essentiel est que j’ai réussi à la piétiner à nouveau » n’aide pas les Vénitiens à devenir maîtres de leur propre situation.

Le retour de notre excursion à Venise: 

En effet, on sera un peu épuisé pendant le trajet, maintenant dans la direction opposée à Chioggia, que, comme le trajet aller dure également environ 100 minutes, mais sans ce sentiment, nous aurions probablement fait quelque chose de mal pendant notre visite à Venise.

Autres moyens de se rendre à Venise et les coûts: 

Pour les vacanciers séjournant à Chioggia ou dans les environs, il existe deux autres itinéraires vers Venise. Mais il faut d’abord vérifier la durée des trajets nécessaires en voiture. Le premier chemin mène à l’un des parkings situés juste devant les portes de la ville lagunaire. Là, on peut garer pour pour 28€, mais il faut quand même acheter un ticket pour le vaporetto. Ce billet n’est valable qu’une heure et coûte 7€/ personne. Dans ce contexte, n’oubliez pas le prix du voyage de retour. Ainsi, si l’on se réfère au voyage aller seul, c’est déjà un plaisir  courte durée.

Pour moi, il s’agit bien d’un message à la parade du blog: les droits d’entrée valent entre la luxure et la frustration. Car ce n’est que si l’on regarde les choses différemment que le voyage devient vraiment pas cher: louez un bateau à Venise pour une heure (avec chauffeur), avec lequel vous pourrez monter et descendre le Canal Grande… voyons combien cela vous coûtera.

Au fait, la prochaine étape tarifaire du système de transport public de Venise est déjà le billet de 12 heures à 18€. Ensuite,  le billet de 24 heures à 20€ ce qui est abordable.

Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir les informations tarifaires. Dans la rangée supérieure, les tarifs standard, dans la rangée inférieure, les prix du « Vaporetto dell’Arte ».

Tarifs des transports publics pour un voyage à Venise: 

Ce Vaporetto dell’Arte part toutes les 30 minutes de la jetée de la gare centrale de Santa Lucia pour se rendre sur l’île de San Giorgio, en s’arrêtant dans les musées et monuments les plus importants. Les visiteurs peuvent débarquer et rembarquer à huit arrêts à leur guise.

Pendant la Biennale, la ligne va jusqu’aux quais de l’Arsenal et de Giardini. Avec l’achat du billet, vous bénéficiez d’avantages dans les musées participants. Il s’agit notamment d’un accès préférentiel sans file d’attente, de réductions sur les visites guidées et éventuellement dans les cafés et boutiques des musées. Citons par exemple la très recommandée collection Peggy Guggenheim et le musée juif.

Le camping est possible, mais qui le veut?

Il y a environ 40 km en voiture de Chioggia au camping « Fusina », également situé juste à la sortie de Venise. Pour ce voyage, il faut prévoir une bonne heure, il y a des contrôles radar permanents sur la route de campagne permettant de passer par  plusieurs villages.

À Fusina, il y a un parking à côté du camping où vous pouvez garer votre voiture pour 10€. La raison pour laquelle il y a un terrain de camping là-bas est un mystère complet pour moi personnellement. Il est situé au milieu d’une zone industrielle Les voisins immédiats sont un site de production d' »Enel », le groupe énergétique italien, ainsi qu’une usine qui ressemble beaucoup à une raffinerie.

Les bateaux pour Venise sont d’un ponctualité extrème, la traversée directe coûte 13€ par personne, mais le billet ne donne pas le droit de voyager avec les vaporettos de l’ACTV vénitien. C’est là que les tarifs mentionnés ci-dessus entrent à nouveau en jeu.

Le lieu de débarquement est la gare « Zattere », qui est un point de départ très agréable pour une visite de la ville, car on se trouve encore au très large Canal della Giudecca, non loin du musée Peggy Guggenheim et du grand pont en bois déjà mentionné « Ponte Accademia ».

Vivre au sein du patrimoine mondial de l’Unesco n’est pas facile. 

Trouver un « bon » jour pour visiter Venise est une vrai chance. Après tout, la petite ville avec ses 398 ponts à peine, figure sur la liste du patrimoine culturel mondial de l’Unesco et appartient sans aucun doute à l’une des villes les plus visitées au monde. Seuls 60000 habitants de la ville historique sont visités par 16 à 20 millions touriste par an. N’oubliez donc pas de rapporter vos propres déchets à la maison dans votre affreux sac à dos.

Bon voyage à Venise! 

Voyage Italie : que visiter à Rome ?
Visite de Naples : découvrez l’histoire du quartier du Vomero